Une vue générale sur la méditation

161

La méditation est la méthode de lâcher-prise. En méditation, on abandonne ce monde extérieur compliqué pour parvenir à une puissante paix intérieure. Dans toutes les formes de mysticisme et dans de nombreuses traditions spirituelles, elle apparaît comme la voie vers un esprit pur et suprêmement maître de lui-même.

L’expérience de cet esprit pur, libéré du monde, est incroyablement béatifique.

La pratique de la méditation n’est pas facile, surtout au début, mais si vous êtes opiniâtre, elle vous conduira à des réalisations importantes et belles. C’est une loi de la nature : sans effort, on n’avance pas. Que vous soyez un laïc, un moine ou une nonne, sans effort vous n’arriverez à rien.

L’effort à lui tout seul ne suffit pas, il faut aussi de l’habileté. Cela signifie qu’il faut diriger son esprit au bon endroit et soutenir son effort jusqu’à l’accomplissement de la tâche. Un effort habile n’est ni gênant ni perturbateur, il aboutit au contraire à la paix magnifique de la méditation profonde.

Le but de la méditation

Pour savoir dans quelle direction orienter votre effort en méditation, il vous faut avoir une compréhension claire de son but. Le but de la méditation est le silence, la tranquillité et la clarté de votre esprit. Si vous comprenez cela, vous verrez beaucoup plus clairement où il faut faire porter votre effort et le moyen de parvenir au but.

L’effort est dirigé vers le lâcher-prise, pour développer un état d’esprit enclin à l’abandon. Une des expressions simples mais profondes du Bouddha est qu’ « un méditant qui fait du lâcher-prise son objectif réalise facilement le samädhi », c’est- à-dire la tranquillité d’esprit attentive, le but de la méditation. Un tel méditant obtient presque automatiquement ces états de félicité intérieure. Il est dit également que le principal moyen d’atteindre la méditation profonde et ces puissants états d’esprit est la capacité d’abandonner, de lâcher prise, de renoncer.

Le temps vide de la méditation est, à la vérité, le seul temps plein. Nous ne devrions jamais rougir d’accumuler des instants vacants. Vacants en apparence, remplis en fait.

Emil Cioran

Déposer tous nos fardeaux

En méditation, vous ne devez pas développer un état d’esprit qui accumule les choses et s’y accroche. Vous devriez plutôt développer un état d’esprit enclin à lâcher prise, à abandonner tous les fardeaux. Dans la vie ordinaire, nous devons prendre sur nous de nombreuses charges, comme autant de pesantes valises, mais en méditation on n’a pas besoin d’un tel bagage. En méditation, laissez de côté autant de bagage que possible. Pensez à vos obligations et à vos réalisations comme à autant de poids qui vous alourdissent. Abandonnez-les librement et sans regret.

Cette attitude d’esprit portée à l’abandon vous conduira à la méditation profonde. Dès les premières étapes de la méditation, voyez si vous pouvez produire l’énergie du renoncement, la volonté d’abandonner les choses. En abandonnant les choses en esprit, vous vous sentirez plus léger et plus libre. En méditation, cet abandon se produit par degrés, étape par étape.

Les méditants sont comme des oiseaux qui s’élancent dans le ciel et atteignent les cimes. Les oiseaux n’ont jamais de bagage ! Les méditants expérimentés s’élèvent libres de tout fardeau et atteignent les cimes magnifiques de leur esprit.

C’est depuis de tels sommets de perception qu’ils comprendront, par leur propre expérience directe, le sens de ce que nous appelons l’esprit. En même temps, ils comprendront aussi, en totalité, la nature de ce que nous appelons « le soi », « Dieu », « le monde », « l’univers ». C’est en ce lieu que l’on devient éveillé, pas dans le domaine propre à la pensée, mais sur les sommets de silence qui se dressent à l’intérieur de l’esprit.

Découvrez l’ensemble des méditations sur le site : grainesdeson.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.